Infiltrométrie et Perméabilité du bâtiment

 

Le test d’infiltrométrie ou le Contrôle de la Perméabilité à l’Air de l’enveloppe d’un bâtiment mesure le coefficient de perméabilité représentant la quantité d’air qui entre dans le bien en dehors des systèmes de ventilation et localise les points d’infiltration et de fuite d’air de ce même bâtiment.

L’enveloppe du bâtiment a pour but de limiter au maximum les infiltrations d’air parasite, afin de maîtriser les variations de vapeur d’eau et de bénéficier :

  • D’une meilleure conservation du bâtiment,
  • D’un confort thermique et acoustique optimum,
  • D’économies d’énergie,
  • D’une meilleure qualité de l’air intérieur.

Pour les bâtiments situés à proximité de sites industriels, mesurer l’étanchéité à l’air par un test d’infiltrométrie permet d’évaluer l’aptitude des locaux à protéger les populations en cas de pollution atmosphériques accidentelles.

Pour les bâtiments abritant des activités à risque, comme les laboratoires, il s’agit de maîtriser les émissions accidentelles de polluants vers l’extérieur (radioactivité, éléments volatiles nocifs,…).

Pour les bâtiments à usage d’habitation, les tests d’évaluation de la perméabilité à l’air sont obligatoires notamment pour valider la qualité de réalisation des constructions et obtenir un label Effinergie BBC (signifie bâtiment basse consommation), HPE (signifie haute performance énergétique) et THPE (signifie très haute performance énergétique en fonction des dispositions de la réglementation thermique 2005 (RT 2005 qui devient la RT 2012 depuis le 28 octobre 2011).

.retour en haut

Quel est l’objectif du test d’étanchéité à l’air ?

La perméabilité à l’air des constructions standards cause une augmentation des besoins en chauffage comprise entre 5 et 20 kWh.m2.an en fonction d’une étanchéité très bien réalisée, ce qui est incompatible avec les mesures de la RT 2012 (réglementation thermique) dont le but est de  limiter les consommations d’énergie à 50 kWhep.m2.an. (Affiner en fonction de la zone géographique et de l’altitude)

La ventilation d’un bâtiment ne peut reposer sur une ventilation naturelle non maitrisée ou des défauts d’étanchéité. Un système prévu à cet effet, qu’il soit naturel (grille d’entrée et de sortie d’air) ou mécanique (VMC), doit assurer un renouvellement de l’air permanent.

Le test d’étanchéité peut également être utile pour remédier à des défauts d’insonorisation dans des zones spécifiques (zone aéroportuaire par exemple), en agissant sur les points de l’enveloppe identifiés de manière à garantir l’étanchéité acoustique.

L’étanchéité à l’air traduit également le phénomène d’étanchéité à l’eau, qui par les passages parasites peut s’infiltrer dans certains éléments de la structure du bâtiment et provoquer des désordres sanitaires et/ou de structure.

retour en haut

Comment est réalisé le test de perméabilité à l’air par infiltrométrie ?

La visualisation des infiltrations peut se faire de 3 manières:

  • Par thermographie infrarouge ;
  • Par anémomètre ;
  • Par une fumée artificielle qui s’infiltre aux endroits perméables et la mise en place d’une porte soufflante, afin de dépressuriser l’habitation et ainsi visualiser les entrées d’air parasites et les quantifier.

retour en haut

Le test d’infiltrométrie :

Il a pour objectif de créer artificiellement, à l’aide d’un ventilateur spécifique (blower door = porte soufflante) une différence de pression entre l’intérieur et l’extérieur du bien analysé.

Il permet de quantifier l’air rentrant par fuite dans le bâtiment et d’identifier les points de fuites.

Pour réaliser ce test, on utilise un infiltromètre, qui est place à l’entrée du bâtiment, en général sur la porte d’entrée sans démontage de cette dernière puisque des moyens de réglages sont prévus pour l’adapter sur des supports de dimensions variables. L’infiltromètre est équipé d’un ventilateur et d’une toile nylon étanche. Avant de procéder aux mesures, Le diagnostiqueur immobilier prend soin de :

  • Obturer les ouvertures donnant sur l’extérieur (fenêtres, entrées/sorties d’air, bouches de ventilations, porte de garage, etc.
  • D’interrompre le système de chauffage (quel qu’il soit)
  • D’ouvrir les portes intérieures pour permettre la libre circulation de l’air
  • Test du ventilateur

Est alors mesuré le débit de fuite par rapport à la différence de pression fixée et sont mis en exergue les éventuelles fuites ou défauts d’étanchéité.

Les calculs sont réalisés avec la méthode de calcul Th-CE (utilisé par la RT 2012). Les résultats sont donnés en kWh d’énergie primaire par m² par an (KW hep.m².an) de la surface hors œuvre nette (SHON)

La consommation conventionnelle d’énergie primaire doit être inférieure ou égale à une valeur en kWh/m² de SHON d’énergie primaire soit : Cep ≤ 50 x (a*+b*) tel que défini dans l’arrêté du 3 mai 2007.

*a étant le coefficient à appliquer en fonction de la zone géographique

*b étant le coefficient à appliquer en fonction de l’altitude.

retour en haut

Quel est le  référentiel ?

La mesure de la perméabilité dans le cadre du label BBC effinergie, est une donnée intégrée dans l’étude règlementaire thermique, elle précise une valeur par défaut de 1.3 m3.h.m² en logement collectif et 0.6 m3.h.m² pour les maisons individuelles pour un écart sous pression de 4 Pascals. Cette valeur quantifie le débit de fuite traversant l’enveloppe du bâtiment.

retour en haut

Label BBC Effinergie, comment faire certifier mon logement ?

Afin de faire certifier son logement, il vous faudra entreprendre un certain nombre de démarches, que nous allons vous énumérer ci-dessous :

  • Sélectionner l’organisme amené à certifier votre logement en fonction du type de bien (immeuble collectif ou individuel, construction neuve ou réhabilitation)
  • Une étude thermique du bien doit être mise en œuvre par un organisme habilité
  • Le dossier devra être déposé au certificateur auquel seront jointes les pièces justificatives ainsi que l’étude thermique
  • Le certificateur étudie le dossier et le respect des dispositions du label, les travaux ne peuvent débuter qu’après validation du dossier.
  • Organisation d’une visite in situ, en fin de chantier, par le certificateur qui vérifie les travaux réalisés et leur conformité par rapport à l’étude thermique déposée. Une étude de perméabilité à l’air via un test d’infiltrométrie devra être réalisée par un professionnel autorisé*.
  • Obtention du label BBC Effinergie lorsque tous les critères sont respectés.

*En cas d’anomalie mise en évidence lors du test d’infiltrométrie, vous recevez un courrier de demande de mise en conformité, lorsque  les travaux ont été réalisés, et assorti d’une contre visite éventuelle, vous pouvez représenter votre dossier au certificateur.

retour en haut

De quelles aides puis-je bénéficier ?

Le label BBC Effinergie donne droit à des avantages liés aux labels de performance énergétique de type Eco Prêt à taux zéro (Eco PTZ) et crédits d’impôts par exemple. Les crédits d’impôts accordés ne seront du même montant en fonction des matériaux de construction mise œuvre notamment.

retour en haut

Réglementation sur l’infiltrométrie et la perméabilité à l’air des bâtiments :

  • Norme NF EN 13829 de février 2001
  • Arrêté du 8 mai 2007 relatif au contenu et aux conditions d’attribution du label « haute performance énergétique »
  • Arrêté du 24 mai 2006 relatif aux caractéristiques thermiques des bâtiments nouveaux

et des parties nouvelles de bâtiments

  • Arrêté du 29 septembre 2009 relatif au contenu et aux conditions d’attribution du label « haute performance énergétique rénovation »

retour en haut

Les textes réglementaires constituant la Réglementation thermique (RT) 2012 :

  • Arrêté du 11 octobre 2011 relatif aux attestations de prise en compte de la réglementation thermique et de réalisation d’une étude de faisabilité relative aux approvisionnements en énergie pour les bâtiments neufs ou les parties nouvelles de bâtiments
  • Décret n° 2011-544 du 18 mai 2011 relatif aux attestations de prise en compte de la réglementation thermique et de réalisation d’une étude de faisabilité relative aux approvisionnements en énergie pour les bâtiments neufs ou les parties nouvelles de bâtiments
  • Arrêté du 20 juillet 2011 portant approbation de la méthode de calcul Th-B-C-E prévue aux articles 4, 5 et 6 de l’arrêté du 26 octobre 2010 relatif aux caractéristiques thermiques et aux exigences de performance énergétique des bâtiments nouveaux et des parties nouvelles de bâtiments
  • Annexe à l’arrêté portant approbation de la méthode de calcul Th-BCE 2012
  • Arrêté du 26 octobre 2010 relatif aux caractéristiques thermiques et aux exigences de performance énergétique des bâtiments nouveaux et des parties nouvelles de bâtiments
  • Décret n° 2010-1269 du 26 octobre 2010 relatif aux caractéristiques thermiques et à la performance énergétique des constructions

 

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter :