OPENGROUPE invité sur RMC dans le « weekend des experts » : les maisons fissurées, un phénomène qui prend de l’ampleur

 

Le sujet du jour : Maisons fissurées, un phénomène qui prend de l’ampleur – émission du 07/09 : Les maisons fissurées, un phénomène qui prend de l’ampleur.

 

Extrait de l’interview :

RMC : Là on va évoquer un sujet qui n’est pas forcément très très drôle. Oui décrisper un petit peu oui mais c’est vrai que bon quand on constate des fissures sur les murs de sa maison ou son appartement tout de suite on n’est pas très rassuré, on va en parler avec nos invités.

RMC : Nous avons deux invités ce matin (…) et Stéphane GRAINDORGE, Vous êtes directeur du réseau OPENGROUPE et vous êtes spécialisé dans le traitement des fissures que je qualifierais de structurelles qui sont liées notamment au phénomène de gonflement retrait des terrains argileux.

RMC : lorsque l’on a des fissures dans une maison en intérieur ou extérieur. Après bien des choses on a tout de suite le sentiment qu’on est en danger pratiquement. Alors il y a des fissures qui sont dangereuses puis d’autres qui le sont moins alors on va commencer par celles qui le sont moins(…)

RMC : (…) On va parler justement des fissures structurelles avec Stéphane GRAINDORGE, directeur du réseau OPENGROUPE, spécialisée justement dans ces fissures structurelles alors ces fissures structurelles, elles proviennent quand même des changements climatiques, on peut le dire même si elles ont toujours existé. Le phénomène de gonflement retrait des argiles, pouvez nous expliquer comment ça marche ?

Stéphane GRAINDORGE : Très simplement le retrait gonflement des argiles (…) on imagine la construction d’une maison sur une éponge qui lorsqu’elle est mouillée et gorgée d’eau, gonfle et lorsqu’il fait très chaud, sécheresses récurrentes depuis 2016 maintenant, se rétracte.

RMC : Autrement dit la maison va subir un certain nombre de contraintes et se fissurer parce que la maison, elle est rigide et puis ça bouge d’un côté ou de l’autre. Alors à partir de quel moment on peut suspecter ce phénomène. C’est d’abord une question de terrain certainement mais c’est aussi l’évolution ? comment on contrôle l’évolution d’une fissure ?

SG : Pour contrôler une fissure on a plusieurs possibilités. La plus ancienne des méthodes serait de faire un petit plot de plâtre avec la date, la deuxième méthode est plus récente et plus évoluée et va consister à la pose de jauges (…) avec une lecture qui s’effectuera au dixième de millimètre.

(…) les relevés se font trimestriellement et on va pouvoir surveiller l’évolution éventuelle des fissures.

RMC : Et ça évolue vite  ? à partir de quel moment on peut commencer à paniquer ? (…)On voit des photos et des lézardes de 2 cm de largeur…

SG : Lorsqu’on se trouve confronté à des crevasses ou des lézardes, il est tard pour s’inquiéter. (…) il est de bon ton de consulter un expert, idéalement spécialiste en pathologie du bâtiment (…)qui va tout de suite poser un diagnostic sur l’état structurel du bien.

RMC : Le retour du weekend des experts, on évoque les maisons qui se fissurent. c’est un phénomène qui prend de l’ampleur. évidemment lié à la sécheresse, aux aléas climatiques , (…) Stéphane GRAINDORGE vous êtes spécialiste de cette fissuration. (…) C’est quoi les solutions de rattrapage de maison qui se lézarde.

SG : On parle très souvent de consolidation en sous-oeuvre. Ce qui signifie réparation des fondations. On va avoir deux méthodes qui vont s’appliquer la technique par micropieux et la technique par injection de résine expansive.

RMC : alors micropieux, on fait un grand trou on injecte du béton dedans ?

SG : c’est ça, on va chercher le bon sol, donc en fonction de la profondeur ce sera plus ou moins cher et invasif en terme de travaux. Là où la résine expansive, on va avoir approximativement pour une maison qui se fissure sur une dalle de 100 mètres carrés en reprise, un coût qui va avoisiner les 30 000 euros.(…) puis pour assurer la cohésion, on procèdera par matage/agrafage.

(…)les travaux de consolidation font toujours l’objet d’un phasage c’est à dire qu’on va consolider les fondations. Ensuite on va procéder au matage/agrafage. (…) et en dernier lieu les éléments esthétiques, c’est à dire la reprise des enduits de façade.

RMC : Alors, indemnisation uniquement dans le cas où il y a un classement de catastrophe naturelle de la zone dans la commune, ça se passe comment ? il faut agir très vite ?

SG : Dès l’apparition de fissures, il est de bon ton de le signaler dans un premier temps avant même son assureur, à la commune qui va enregistrer l’ensemble des déclarations des habitants(..) arrivé à un certain nombre de dossiers déposés chez le maire, il fera une demande pour une enquête interministérielle. Les délais de cette enquête peuvent varier de 5 à 18 mois, à l’issue de quoi sera éventuellement publié un arrêté de catastrophe naturelle. C’est à ce moment là que le propriétaire aura 10 jours à compter de la publication de l’arrêté, pas un jour de plus, pour signaler les désordres à son assurance.

Ecouter toute l’émission